Accueil > Affiches > Une Drôle de Période, par M. Bernard Baude, Maire de Méricourt

Une Drôle de Période, par M. Bernard Baude, Maire de Méricourt

Une drôle de période

Bien sûr nous pensons tous aux attentats terroristes.
Bien sûr nous sommes révoltés par cette barbarie.
Il me faut remercier celles et ceux, très nombreuses et nombreux, qui ont participé ce mercredi 21 octobre à l’hommage que nous avons rendu, face à la Mairie, à Samuel PATY.
Il me faut aussi remercier celles et ceux, très nombreuses et nombreux également qui nous ont envoyé des messages de sympathie.
Je tiens, une nouvelle fois, à rappeler toute ma haute considération à la communauté éducative durement touchée.

De toute évidence, des symboles sont visés, ce sont les symboles de notre savoir vivre Ensemble. Après une école, ce fut une église. De la même façon je veux témoigner de toute ma considération aux différentes communautés religieuses de Méricourt qui se respectent et s’apprécient réciproquement.

Oui assurément, nous vivons une drôle de période.

Aux problèmes terroristes s’ajoute la crise sanitaire de la COVID 19.
Nos envies se heurtent à de nombreuses inquiétudes.
Nos demains sont déjà très difficiles aujourd’hui.
Nos projets semblent devenir incertains.
Les difficultés financières pour de nombreuses familles s’accumulent.
Pour les commerçants, artisans, petites et moyennes entreprises chaque nouvelle journée ressemble trop souvent à un sursis.
Et dans le même temps il nous faut noter que les principaux actionnaires des grosses sociétés ont des dividendes qui ne cessent d’augmenter.

Notre Bonheur qu’il nous faut partager hésite à trouver sa mise en commun.
Cette fameuse distanciation que certains dirigeants ont osé appeler "distanciation sociale" n’est bien sûr que physique, mais comment faire pour psychologiquement se serrer dans les bras, s’embrasser, se chérir, pleurer et rire Ensemble ?

A cette situation s’ajoutent les errements de nos dirigeants. Aucune pandémie - fut-elle mondiale et inédite - ne peut justifier des mensonges d’État. Souvenons-nous qu’en son absence, on nous disait que le masque n’était pas nécessaire, et qu’il est devenu obligatoire dès que nous avons eu des stocks !
Comment comprendre, alors qu’on nous invite à éviter les rassemblements trop importants, que le gouvernement décide de fermer les commerces de proximité ?

A Méricourt, nous n’avons jamais interrompu le marché hebdomadaire, nous l’avons adapté. Nos commerçants ont fait de même. Pourquoi devraient-ils être sanctionnés ?

La Mairie est restée ouverte pour renseigner, aider, accompagner. Nos services municipaux ont su inventer autant de protocoles que nécessaire pour rester au service de chacun. Des aides individualisées ont été mises en place pour les personnes les plus isolées.

Je ne peux oublier celles et ceux qui, parfois dans l’ombre, avec parfois pour certains des moyens trop restreints, ont pu garantir leurs missions. Je pense à celles et ceux qui assurent l’entretien, la propreté, le ramassage des déchets, aux travailleurs sociaux, aux gardiens de la paix, aux animateurs socio-éducatifs... et bien sûr dans cette période si douloureuse, aux enseignants et à l’ensemble du personnel administratif et technique de l’Éducation Nationale.
Bien évidemment il nous faut associer de la même façon l’ensemble des professionnels de la santé.
Souvenons-nous que nos urgentistes, médecins, infirmiers et aide-soignants, que l’ensemble des intervenants techniciens, administratifs, dans le monde médical, dénoncent depuis des années l’insuffisance des moyens !

Nous sommes une Nation et un Peuple qui a su dans son histoire surmonter d’importantes crises.
Nous demandons à nos gouvernants considération, vérité, et cohérence.

Bernard Baude,
Maire de Méricourt

Rechercher


AGENDA