Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > Un face à face unique avec les œuvres d’art

Un face à face unique avec les œuvres d’art

Ce vendredi 20 septembre à 19 heures, l’Espace Culturel La Gare vous présentera sa nouvelle saison. La famille Baltringues vous attendra pour fêter l’événement lors d’une soirée festive, drôle et marrante. Et c’est gratuit. En attendant, et jusqu’au 9 novembre, la Cie Zaoum vous invite à réfléchir sur les œuvres d’art qui se cache derrière votre reflet.
« Miroir(s) », c’est le nom de cette exposition sonore qui met à nu sans mettre à poils ! Au travers de cette installation sonore, Bernadette Gruson, metteuse en scène, comédienne, et qui dirige la Cie, invite à réfléchir au travers d’oeuvres d’art.
« Le dispositif ’’Miroirs’’ est une installation sonore et visuelle qui révèle à travers le miroir d’une coiffeuse, une œuvre d’art. Il est un peu magique parce que ce n’est pas de la vidéo, mais il révèle quelque chose grâce à un dispositif de rétro-éclairage » souligne l’artiste. « En réalité, si on a l’impression que ce sont de vrais miroirs, ils sont sans teint et révèle l’oeuvre de manière progressive, avec une sensation de plongée pour voir de l’autre côté ».
Dans chacune des onze coiffeuses apparait une peinture de l’histoire de l’art qui met en scène un nu, masculin ou féminin, avec l’idée d’inviter le public à faire face à une œuvre d’art, sans avoir à pousser les portes d’un musée.
« C’est une composition que j’ai réalisée autour de rencontres que j’ai menées auprès d’un très large public sur l’oeuvre d’art. J’ai interviewé des personnes qui ne sont pas expertes. Je ne leur pose pas des questions sur l’histoire ou sur une analyse scientifique de l’oeuvre, cela les musées le font déjà très bien. Ce que j’avais envie c’est que les gens puissent entendre un discours très simple, parfois drôle, touchant, interrogateur ou dans la surprise par rapport à l’oeuvre en question. C’est une sorte de kaléidoscope d’impressions sur les œuvres d’art concernées » poursuit Bernadette Gruson.
Ce thème incite le public à porter un autre regard sur la nudité des femmes et des hommes que l’on a par la culture, par l’éducation, la publicité... « Aujourd’hui la nudité est beaucoup moins tabou qu’à une époque, toutefois nous avons des stéréotypes qui sont très accrochés à cette question de la nudité et cette installation, c’est aussi un petit peu se questionner sur cette manière d’envisager ou de dévisager le corps nu de l’autre ».
Le visiteur se voit dans le miroir en même temps et le principe de l’installation permet de continuer à garder son reflet dans le miroir tout en ayant l’oeuvre d’art qui permet de prendre le temps d’aborder cette question du corps autrement.
Trois lieux pour découvrir ces coiffeuses (Espace culturel La Gare, la Résidence Henri Hotte et la Mairie). « Multiplier les points d’expositions permet de toucher beaucoup plus de monde avec cette même intention de démocratiser l’accès à la culture et de montrer au public qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait de longues études d’histoire de l’art et d’avoir des connaissances particulières pour apprécier ».
Alors, installez-vous confortablement face au miroir, mettez le casque sur vos oreilles et découvrez ce qui se cache derrière votre reflet.
- Publié le 16/09/2019

Rechercher


AGENDA