Accueil > Méricourt Actualité > Revue de presse > La libération des camps de concentration à jamais dans nos mémoires

La libération des camps de concentration à jamais dans nos mémoires

Comme chaque année, le dernier dimanche d’avril, un hommage est rendu aux victimes de la déportation dans les camps de concentration et d’extermination nazis. En ce 76e anniversaire de la Libération des Camps, les élus se sont réunis autour du Maire, Bernard Baude, pour réaffirmer que ce souvenir demeure dans nos mémoires, et pour veiller à ce que celui-ci ne s’efface jamais.
Après un dépôt de gerbe effectué par Ludivine Henneau-Plouvier, adjointe et Stéphanie Villain, conseillère, pour la Municipalité, Céline Cavignaux a rappelé qu’à travers ces crimes, l’humanité a été atteinte dans ce qu’elle a de plus sacré, « et aujourd’hui encore, nous devons résister à toutes les formes de barbarie et de fanatisme qui entendent promouvoir une vision raciste de l’humanité ».
En France, ce sont plus de 160 000 hommes, femmes et enfants qui ont été faits prisonniers dans les camps d’Auschwitz, de Buchenwald ou de Dachau. La moitié d’entre eux ont été envoyés à la mort parce qu’ils étaient Juifs.
« D’autres ont subi l’épreuve de la déportation parce qu’ils étaient communistes, socialistes ou démocrates, et qu’ils refusaient de s’agenouiller devant le régime collaborationniste. D’autres enfin, parce qu’ils ont été décrétés asociaux par Vichy : Roms, homosexuels, personnes porteuses de handicap, etc. Au total, le système concentrationnaire nazi fera 10 millions de victimes, dont 6 millions de Juifs... » a déclaré en substance l’adjointe. Et de conclure « Si l’on continue de commémorer aujourd’hui le souvenir de ces victimes, 76 ans après, peut-être est-ce d’abord cette évidence qui doit perpétuellement nous inquiéter : nos démocraties sont fragiles, et peuvent basculer en un clin d’œil. La meilleure manière de les protéger est de garder un œil critique sur nos gouvernants, et sur toutes les institutions garantes de l’État de droit... Plus que jamais, il nous faut donc garder l’œil ouvert, et tendre l’oreille aux cris qui résonnent autour de nous ».
- Publié le 27/04/2021

info portfolio

Rechercher


AGENDA