Accueil > Affiches > Autoconsommation biénergie : une première réussie !

Autoconsommation biénergie : une première réussie !

En novembre dernier, la mairie de Méricourt réalisait, au cœur de son éco-quartier, la mise en service de son autoconsommation collective élargie. Petite spécificité – mais non des moindres – l’énergie électrique est produite à partir de deux sources. Une première nationale ! Trois mois plus tard, le bilan est plus que positif pour la commune.

Il s’agit du premier projet de ce type pour la commune, qui s’engage pleinement dans la transition écologique au travers de la dynamique de la Troisième Révolution Industrielle, et dans une volonté de son empreinte carbone.

Une première à l’échelle nationale.

S’il ne s’agit pas du premier projet d’autoconsommation collective étendue en France, le fait que la production d’énergie provienne de deux sources – on parle de « biénergie » – était bel et bien une un modèle inédit.

En effet, la commune a fait le choix de coupler une production photovoltaïque à une cogénération (création d’électricité à partir d’une turbine à gaz qui produit également de la chaleur). L’ensemble peut atteindre jusqu’à 90KW, soit l’équivalent d’une quinzaine de logements. Ainsi, la collectivité amène une réponse concrète à la nécessité de corréler la consommation et la production. Ce projet assure une production d’énergie locale 24h/24 et alimente proportionnellement l’ensemble des points de livraison électrique sur la commune (écoles, bâtiments administratifs, éclairage public).

Objectifs atteints

Trois mois plus tard, l’analyse des datas fournies par Enedis à la collectivité a permis de dresser un premier retour d’expérience positif tout en permettant à la collectivité d’optimiser ses consommations.

Un dimensionnement satisfaisant avec 98% de l’énergie consommée par les bâtiments municipaux, et seulement 2% réinjectés dans le réseau.

Sur le mois de janvier, près de 30% de l’énergie de la commune est générée en auto-production ;

Une économie importante pour la facture énergétique de la collectivité, qui s’élève à plusieurs milliers d’euros selon les premières estimations ;

Un premier retour satisfaisant, qui devra être consolidé dans le courant de l’année pour tenir compte de l’évolution de la production solaire et de la consommation.

D’après Lucie Adamczak pour Enedis.